Rédaction | Gavroche | 04/09/2020
Histoire / Actu  

CAMBODGE - HISTOIRE: Plongée dans l'horreur de S21, le centre d'exécutions de Douch

Gavroche saisit l'occasion du décès de Douch, le bourreau des Khmers Rouges, pour revenir abondamment sur les crimes contre l'humanité commis par ce dernier sous le régime du Kampuchea Democratique. Nous avons choisi, ici, d'éclairer nos lecteurs sur ce qu'était cette prison S21, installée dans une ancienne école de Phnom Penh. Un musée s'y trouve aujourd'hui.

Nous reproduisons ici des extraits d'un texte du projet «Mass violence and resistance» de Sciences Po

En mai 1976, après avoir déjoué ce qu'ils considéraient à tort comme une tentative de coup d'État, les dirigeants Khmers Rouges du Kampuchea Democratique ont créé un centre secret de détention et d'interrogatoire situé dans un ancien lycée du district de Tuol Sleng à Phnom Penh, et lui ont donné le nom de code S-21.

Un ancien établissement, plus petit, fonctionnait déjà depuis environ un an dans la banlieue de Ta Khmau. Les prisonniers détenus à Ta Khmau étaient principalement d'anciens fonctionnaires et soldats liés au régime vaincu, et plusieurs d'entre eux ont été libérés après avoir été interrogés. La nouvelle installation était destinée principalement aux ennemis de l'État (khbot cheat). Des purges ont eu lieu successivement dans les zones nord et nord-ouest en 1977, et dans la zone orientale à la frontière du Vietnam en 1978 - l'année où la guerre a éclaté entre le Danemark et le Vietnam. D'autres purges ont eu lieu dans des unités militaires, des bureaux gouvernementaux et des usines lorsque des fonctionnaires de haut rang de ces installations ont été soupçonnés.

Avant l'abandon de S-21 en janvier 1979, à la suite d'une invasion vietnamienne, plus de 15 000 hommes, femmes et enfants y ont été détenus ; ils ont été photographiés, interrogés et, dans de nombreux cas, gravement torturés avant d'être mis à mort. Aucun des prisonniers n'a été libéré, un seul s'est échappé et une douzaine seulement a survécu.

Des centres d'interrogatoire et des prisons existaient également dans d'autres régions du Cambodge, et il semble probable que des dizaines de milliers de prisonniers aient été torturés et mis à mort dans ces installations également. La différence entre les prisons régionales et le S-21, outre le fait que de nombreuses personnes ont été libérées des prisons régionales, est que le S-21 était presque entièrement réservé aux personnes accusées d'avoir trahi le régime khmer rouge de l'"intérieur" par l'espionnage ou d'autres activités perfides. Beaucoup de prisonniers du S-21 étaient des cadres supérieurs du parti et ils ont été interrogés pendant plusieurs semaines. Dans les derniers mois de DK, plus d'une centaine de prisonniers de guerre vietnamiens ont également été interrogés et exécutés à S-21.

En raison de ses énormes archives de "confessions" et de photographies, et parce que le site a été transformé en musée des crimes génocidaires en 1980, S-21 est l'institution la plus connue.

Qui ordonna ces crimes ?
Les instigateurs des décès de S-21 étaient clairement les membres les plus haut placés de l'administration du Kampuchea Democratique. Ces dirigeants comprenaient probablement Pol Pot, Nuon Chea, Son Sen et peut-être Ieng Sary et Khieu Samphan. Ces personnes étaient les seules à l'extérieur de l'établissement à être pleinement conscientes de ses activités, et les seules qui auraient eu l'autorité d'ordonner l'exécution de cadres communistes de haut rang qui y étaient emprisonnés.

Cependant, les preuves documentaires que ces personnes connaissaient le S-21 -- ce que les dirigeants survivants nient tous -- sont très minces. Bien que S-21 n'ait pas pu être un établissement "voyou",  il n'existe aucune trace écrite claire qui les relie à la prison ou qui confirme leur culpabilité dans l'ordre ou l'approbation des exécutions. Parmi les preuves indirectes de leur implication, on peut citer le fait que S-21 a continué à fonctionner jusqu'aux tout derniers jours du régime, que les fonctionnaires de S-21 n'ont jamais été punis pour leurs activités, et que des copies des "aveux" les plus importants extraits à S-21 sont connus pour avoir été envoyés aux hauts fonctionnaires du Kampuchea Democratique.

Des preuves orales substantielles d'anciens employés de S-21 suggèrent que le directeur de la prison, un ancien professeur de mathématiques du nom de Kang Kek Ieu (alias Duch), né en 1940, faisait régulièrement rapport au ministre de la défense, Son Sen, qui visitait régulièrement la prison. Son Sen, à son tour, rendait compte à Nuon Chea, connu sous le nom de "Frère numéro deux", qui était un subordonné immédiat du premier ministre  Pol Pot. Son Sen a été exécuté par les Khmers rouges en 1997, Ieng Sary est mort en 2013, Nuon Chea est mort en 2019. Seul Khieu Samphan est encore vivant. 

Le secret des exécutions
Les exécutions ont eu lieu en secret près de la prison jusqu'à la fin de 1976, après quoi il est devenu difficile d'enterrer autant de victimes. À partir de ce moment, les prisonniers ont été conduits dans des camions, toujours de nuit, par lots de cinquante à cent, vers un ancien cimetière chinois à Choeung Ek, à quinze kilomètres au sud-ouest de la capitale. Là, leurs noms étaient vérifiés par rapport à des listes d'exécution préparées au préalable. Certaines de ces listes ont survécu. Forcés de s'agenouiller au bord des fossés et des fosses creusés par les employés de S-21 stationnés sur le site, les prisonniers étaient ensuite matraqués à mort par des équipes d'ouvriers, normalement employés comme gardiens, qui avaient accompagné les prisonniers depuis S-21. Selon un ancien gardien de la prison, ils avaient été sélectionnés parce qu'ils étaient des tueurs expérimentés. Les fosses et les fossés étaient couverts par les travailleurs résidant à Choeung Ek. Ils ont été creusés en 1980 et les squelettes retrouvés sur le site indiquaient que plus de 6 000 personnes y avaient été exécutées.

Les armes préférées pour les exécutions étaient les essieux de charrettes à bœuf. Ces dernières années, l'un des bourreaux, Him Huy, qui était responsable, selon d'autres survivants, d'au moins une centaine de meurtres, a été longuement interrogé sur ses activités, et a admis avoir tué "un ou deux" des prisonniers personnellement. Aucun des autres membres des équipes d'exécution ne s'est encore manifesté, et personne d'autre qui a admis avoir travaillé au S-21 n'a également admis être impliqué dans les meurtres. La plupart des interrogateurs qui ont torturé des prisonniers à mort pendant les interrogatoires (et qui ont eux-mêmes été exécutés plus tard pour ce délit) se sont réintégrés dans la société cambodgienne tout comme le personnel pénitentiaire qui a mené des expériences médicales mortelles sur certains prisonniers, comme l'élimination de tout leur sang.

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

A Lire Aussi
THAÏLANDE - FRANCE: A Lopburi, le Bangkok Post explore la «rue de France»
THAÏLANDE - HISTOIRE: Le 6 octobre 1973, cette date que les étudiants thaïlandais n'oublient pas
THAÏLANDE - HISTOIRE: Simon de la Loubère : la mémoire du Siam au XVIIe siècle
THAÏLANDE - HISTOIRE Les débuts d'Ayutthaya: Quels débuts?
THAÏLANDE - HISTOIRE: Le roi Chulalongkorn au bois de Boulogne....en 1907
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(3)
Laurent De la V 2020-09-05 00:52:40
J'ai visité ce lieu à l'histoire horrible ....
En entrant dans l'ancienne école, on est aussitôt envahi d'un malaise profond . Il y avait un américain qui faisait des manœuvres de spiritisme étrange , des gens qui pleuraient , j'étais seul au milieu des registres ( oui les communistes sont excellents en administration, ils fichaient toutes leurs futurs victimes ... Les crânes éclatés , les flaques de sang séchées encore intactes dans les salles de classes ( salles de tortures) .... Glaçant . Je n'ai jamais eu la chair de poule aussi longtemps . Un cambodgien m'a expliqué comment , lorsque les khmers manquèrent de balles , ils égorgeaient les innocents avec les palmes hérissées de pointes .... Du grandiose dans l'horreur . On ne ressort pas indemne de S21 . J'ai été marqué à vie ... Le communisme est une maladie mentale
Jean D 2020-09-04 10:37:08
pas mieux que les nazis !
Ces individus ne valent pas mieux que les nazis !
Allan S 2020-09-04 10:36:37
j'ai visité ce musée
j'ai visité ce musée il y a quelques années avec mes parents, ainsi que les fameux killing fields dans la proche banlieue de Phnom Penh. ce n'est pas du tourisme morbide, tout à chacun qui va à Phnom Penh doit absolument voir les exactions commises par les Khmers rouges dans ce musée très bien informé. les images sont à glacer le sang est très dures à supporter mais indispensable à voir pour que les jeunes générations n'oublient jamais ce qui s'est passé et évitent de refaire les erreurs du passé.
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 26/10



Thaïlande - Crise politique
THAÏLANDE - POLITIQUE: Va-t-on assister au retour des «chemises jaunes» ? - Gavroche
GAVROCHE HEBDO - ÉDITORIAL: Une Thaïlande qui change...pour que rien ne change - Gavroche
THAÏLANDE - DESSIN DE LA SEMAINE: Une élite coupée du pays réel...et de ses enfants - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: La révolte de la jeunesse de Bangkok est-elle à l'unisson du reste du pays ? - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les Nations unies s'inquiètent de la répression des manifestations - Gavroche
THAÏLANDE- POLITIQUE: L'Allemagne dans le collimateur des protestataires - Gavroche
Dernières Petites Annonces
POLITIQUE THAÏLANDAISE
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le général entêté, l'ambassadeur empêtré et les manifestants résolus - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Va-t-on assister au retour des «chemises jaunes» ? - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: La révolte de la jeunesse de Bangkok est-elle à l'unisson du reste du pays ? - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les Nations unies s'inquiètent de la répression des manifestations - Gavroche
THAÏLANDE- POLITIQUE: L'Allemagne dans le collimateur des protestataires - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Amnesty International demande la libération des manifestants incarcérés - Gavroche
Coronavirus
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 26 octobre - Gavroche
PHILIPPINES - FINANCE: Pour cause de Covid-19, la diaspora envoie de moins en moins d'argent - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 19 octobre - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Depuis le 16 octobre, Singapore Airlines dessert à nouveau Bangkok - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Nouvelles procédures d'entrée à Vientiane - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Vous voulez rejoindre Bangkok ? Passez par Londres... - Gavroche
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Tout ce qu'il faut savoir sur la «seconde vague» birmane de Covid-19 - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - GÉOPOLITIQUE: A l'épreuve du Covid-19, l'ASEAN cherche toujours sa voie - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Pourquoi le premier groupe de «touristes spéciaux» n'est pas arrivé à Phuket - Gavroche
THAÏLANDE - SOCIÉTÉ: Contre la récession et la Covid, le remède des jours fériés supplémentaires - Gavroche
Tourisme
THAÏLANDE - TOURISME: 39 visiteurs chinois à Bangkok inaugurent les nouveaux visas touristiques - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Depuis le 16 octobre, Singapore Airlines dessert à nouveau Bangkok - Gavroche
THAÏLANDE - FESTIVAL : Festival végétarien de Phuket du 16 au 25 octobre. - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Pourquoi le premier groupe de «touristes spéciaux» n'est pas arrivé à Phuket - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Le nouveau visa touristique thaïlandais ne se conjugue pas (encore) en français - Gavroche
Dernières Offres d'Emploi
28/10/2020
Lieu: Pattaya Jomtien Beach
 
 
09/10/2020
Lieu: Phnom Penh
 
 
09/10/2020
Lieu: Bangkok et alentours
 
 
08/10/2020
Lieu: Chiang Mai
 
 
06/10/2020
Lieu: A domicile
 
 
L'actu en Birmanie
BIRMANIE: Le 8 novembre, les minorités birmanes jouent leur sort dans les urnes
BIRMANIE - POLITIQUE: Aung San Suu Kyi empéchée de faire campagne par la Covid 19
BIRMANIE - DÉFENSE: Un sous-marin birman navigue désormais dans l'océan indien
BIRMANIE - POLITIQUE: Voter malgré le virus, l'équation Birmane....comme en France en mars
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Tout ce qu'il faut savoir sur la «seconde vague» birmane de Covid-19
THAÏLANDE - VISITE DU PAPE
JAPON - DIPLOMATIE: Après avoir promu le dialogue à Bangkok, le pape François s'insurge contre le nucléaire à Nagasaki - Gavroche
THAILANDE - RELIGION: Quel bilan pour la visite du pape François ? - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Un entretien avec Son Éminence Francis Xavier Cardinal Kriengsak Kovithavanij, évêque de Bangkok - Gavroche Magazine
GAVROCHE HEBDO - EDITORIAL: Face au pape François, une société thaïlandaise en demande de repères - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Pourquoi les Thaïlandais n'ont pas été évangélisés - Gavroche
Dernières bonnes adresses
5 stars transactions immobilieres
Thailande / Bangkok Agences Immobilieres
 
ACACIA
Thailand / Bangkok Écoles
 
MONDASSUR
France / - Assurances
 
P'TIBOUTS
THAILANDE / BANGKOK CrÈches
 
VOVAN & ASSOCIÉS
THAÏLANDE / BANGKOK Avocats
 
Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
booked.net
Programme Tele TV5
Les Nouvelles du Cambodge
CAMBODGE - FRANCE : Le groupe Vinci achève les travaux de la piste d'atterrissage à Sihanoukville
CAMBODGE - COMMERCE: Modalités de l'accord de libre échange avec la Chine
CAMBODGE - ÉCONOMIE: Le libre-échange avec la Chine, atout ou piège pour le royaume ?
CAMBODGE - INONDATIONS: Plus de 100 000 cambodgiens déplacés par les eaux
CAMBODGE - GÉOPOLITIQUE: Entre Hun Sen, son protecteur chinois et Washington, le torchon brûle
crown-relocations
sds
wrlife
lfib-fev20
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14